dimanche 30 septembre 2018

Hoya caudata

Fournisseur : uhlig-kakteen
Origine : Malaisie et Thailande
Prix : 9,50 € la bouture entre 3 et 10 cm
Date de l'achat : 21 août 2018
Réception : 
Elle n'est pas destinée à remplacer la sumatra qui était en rupture de stock et que j'aurais l'occasion de commander dès qu'elles seront de nouveau disponibles

Substrat : terreau à cactées, vermiculite, pouzzolane et sable
Culture : Au chaud avec de l'humidité mais sans eau stagnante, croissance lente, feuillage vert marbré de gris
Arrosage : à affiner
Floraison : Blanche à coeur rose
Parfum : ??? apparemment oui

Floraison - Photo internet


Photo du 30 septembre 2018



Dommage de n'avoir pas pensé à prendre une photo de la bouture qui était déjà racinée à la réception ce qui m'a permis de l'installer dans un terreau composé de terreau à cactées, de sable et de vermiculite et elle émet depuis quelques jours une nouvelle tige, j'ai remarqué que l'une de ses feuilles était tâchée de jaune donc à surveiller 

Hoya heuschkeliana

Fournisseur : uhlig-kakteen
Origine : A rechercher
Prix : 6,50 € la bouture entre 3 et 10 cm
Date de l'achat : 21 août 2018
Substrat : Impératif, substrat drainant (terreau à cactées)
Culture : A besoin de chaleur et d'humidité pour s'épanouir 
Arrosage : à affiner
Floraison : Jaune tendre
Parfum : de mais soufflé


Photo internet de la floraison


Photo de la plante au 30 septembre 2018


La bouture est en pleine forme, son système racinaire c'est assez rapidement développé ce qui m'a surprise, la tige principale est en bonne voie d'évolution et montre clairement un bout de tige surmonté d'une nouvelle petite feuille, d'autres devraient suivre dans les prochaines semaines

J'ai pu récupérer deux de ses feuilles pour les mettre en hydroponie, j'ai déjà un beau résultat de ce côté et de jolies petites racines ont fait leur apparition, je pense les mettre en vente sur mon ebay d'ici quelques temps


samedi 29 septembre 2018

Jardin & potager

Tant que la douceur était présente il fallait profiter du soleil et du temps sec pour m'attaquer au grand ménage de la ramure du vieux cerisier qui en avait bien besoin, couvert de mousse et de lichen, de champignons aussi, j'ai du entreprendre un bon brossage pour mieux me rendre compte de l'état de ses branchages très abîmés, comme tout le reste ici il était abandonné à son triste sort et en très mauvais état à cause de son grand âge et de la présence fort disgracieuse des immenses thuyas qui lui faisait beaucoup d'ombre

Photo de septembre 2017
Regardez moi ce bazar, c'est du n'importe quoi


En fin d'année dernière, j'avais déjà entrepris un nettoyage des branches les plus basses et joie, au printemps il était couvert de nouvelles pousses très encourageantes

Puis en juin il était couvert de cerises délicieuses, ses branches chargées menaçaient de se casser, les cerisiers sont réputés pour avoir une ramure fragile, il fallait que j'agisse pour lui redonner une forme et de l'espace pour qu'au printemps 2019 il puisse avoir une meilleure tenue, regardez moi cette tonsure, affligeant


Éclaircissement des branchages bas, il est conseillé pour les fruitiers de ne pas laisser de branches qui partent vers le haut alors je coupe, je coupe, je coupe...
J'avais déjà une idée de la forme que je voulais lui donner, me restait à mettre mon idée en pratique


La coupe est sévère, j'y suis obligée, ça part dans tous les sens, je me demande comment la lumière et l'air pouvaient circuler librement dans tout ce fatras, je comprends mieux pourquoi toutes ses branches sont couvertes de mousse et pourquoi il est si mal en point


Atteindre la couronne est plus compliqué qu'il n'y parait, les branchages sont tellement imbriqués qu'il faut que je prenne quelques précautions avant d'y accéder, je peine quelque peu à tailler les branchages accessibles,  tant pis, je supprime quelques charpentières pour accéder au coeur de l'arbre, je n'ai pas le choix et de toute façon il fera de nouvelles branches au printemps prochain


Globalement je suis arrivée à ce que je voulais et l'arbre est bien plus joli maintenant avec sa coupe en forme de parapluie et son côté aéré, j'aime cette nouvelle image de ce bel ancêtre à la charpente tarabiscotée


L'air de rien ce travail m'a tout de même pris 4 heures, j'étais rincée et puis ma tendinite au bras s'est réveillée, grrr, heureusement le lendemain la douleur était moins présente et j'ai pu grimper dans le cerisier (avec l'échelle) pour terminer de le tailler, en dehors de quelques branches que je n'ai pas pu atteindre je l'ai copieusement dégarni et il a pris une belle allure qui me plait bien, je peux être satisfaite de mon travail du moment

Un vrai travail de pro


Il reste quand même à lui faire un badigeon d'argile couplé à de la bouillie bordelaise pour traiter ses champignons.

Vous vous doutez bien qu'avec le monticule de branchage j'ai pu sortir le broyeur, j'ai désormais du BrF tout frais qui va aller se décomposer dans le composteur là bas au fond du jardin

A l'emplacement de l'ancien poulailler la réserve d'eau de pluie est en place, nous l'avons installée convenablement avec zhom, ça nous a pris comme ça un soir après le travail...  avec la petite scie électrique, j'ai découpé le chapeau de la réserve aux dimensions du tuyau, ensuite j'ai découpé la gouttière et fait tout un montage un peu dans le style puzzle pour réussir à ce que tout tombe d'aplomb... il me restera à faire un joint pour éviter l'intrusion d'éventuels moustiques car même si les interstices ne sont pas très grand, il suffit d'un pour que la réserve soit polluée


J'ai eu l'idée de faire un filtre et pour ce faire j'ai pris le fond d'une bouteille d'eau recyclée dans laquelle j'ai préalablement fait une multitude de trous avant de l'insérer dans le coude de la gouttière couverte d'un collant usagé qui finira de filtrer les impuretés


Les restes des différentes tempêtes devaient arriver sur le territoire, il est tout de même tombé 15mm ce qui est plutôt pas mal, après leur passage ma cuve était remplie à la moitié du deuxième trait
vivement les prochaines, la sécheresse continue ici

jeudi 27 septembre 2018

Le jardin d'ombre

Cet été le jardin d'ombre a été (presque) épargné par les fortes chaleur et surtout le manque d'eau
Jardin d'ombre est pourtant un bien grand mot car l'endroit est tout de même au soleil toute la matinée, aux heures les plus chaudes certaines plantes ont montré des signes de fort ralentissement voir de léger dépérissement contrairement au jardin haut où la majorité des plantes sont en souffrance même encore aujourd'hui

Spirée Golden Princess


La deuxième que j'ai déterré du jardin haut a pris un superbe coups de chaud au point de la mettre presque KO (j'ai une pensée pour les spirées d'Estelle), j'aurais pu m'en occuper bien plus tôt mais je me suis dit qu'elle résisterait, en règle générale se sont des plantes solides, son état empirant j'ai opté pour le rempotage et hop, au jardin d'ombre où elle va rester plusieurs semaines à tenter de se remettre, je l'ai taillé court, très court

Spirée Shirobona


Pour les sédums c'est le jour et la nuit, l'un dépérit tandis que l'autre se porte à merveille et pourtant ils ne sont qu'à 50 cm l'un de l'autre, il va vraiment falloir que je l'installe en pleine terre

Sedum septemberglut


Sedum Dazzleberry en fanaison 


Les hostas continuent à faire des feuilles et ont fleuri tout l'été sans presque discontinuer

Hoya Eye Catcher (la plus claire) et Hosta hybride Krossa Regal



Hosta Popcorn


La potée ramenée de mon ancien jardin est pleine de promesses, j'y avais mis un aster nain blanc dont je ne me souviens plus le nom accompagné d'un phlox bleu qui fleurit joliment au printemps, en dehors de quelques tiges légèrement roussies il a plutôt bien résisté, les arrosages étaient réguliers ce qui l'a certainement sauvé


Un trio coloré bien agréable à l'oeil, érable, heuchère et Loropetalum fire dance qui a repris très largement depuis son installation en potée, il m'a même offert trois floraisons successives mais trop courtes dans la durée... il revient de loin, de très très loin le pauvre, il ne lui restait que trois pauvres branches et deux ou trois feuilles rachitiques...


Anénome September Charm 


Des boutures de mon ancien jardin se sont bien développées ici

Bouture de pulsatille du jardin de Sylvaine 


Installé au démarrage dans mon massif "Passion Obscure" j'ai du me résoudre à le mettre en pot, c'était une toute petite bouture obtenue par marcottage du pied mère qui a eu beaucoup de mal à se plaire dans la nouvelle terre de mon jardin, j'étais  même convaincue qu'il allait rendre l'âme
Mon idée de le faire pousser à l'ombre a été plutôt encourageante puisqu'il se développe beaucoup mieux ici

Rosier Pimpinellifolia du jardin de Nathalie Poizat (Sol 2015)


Du côté des géraniums vivaces ce n'était pas la joie... ils leur a fallu attendre la baisse des températures et surtout un niveau d'humidité acceptable pour qu'ils se remettent à faire des rejets, le changement est plutôt significatif, j'aurais bientôt des petites boutures que je pourrais installer ailleurs dans le jardin

Géranium vivace sanguineum striatum



Géranium sanguineum album



A côté du portillon de l'entrée j'avais installé une bouture de Viburnum Opulus ramenée de mon ancien jardin, idem pour lui, l'humidité revenue il se met à faire de futurs bourgeons, c'est une bouture que j'ai surveillée comme l'huile sur le feu, je n'avais pas envie qu'elle trépasse avec l'été brûlant


Mon bassin est quasi vide, je rajoute de l'eau de temps en temps pour éviter de perdre ce merveilleux nymphéa et ma prêle qui montre des signes d'assèchement, il va sérieusement falloir que je trouve une solution rapidement


La salvia est une plante que j'aime car en toute saison elle offre ses petites fleurs colorées et si jolies, solide elle n'aime pas trop la chaleur, au court de l'été j'ai du la mettre au jardin d'ombre avant de la tailler sévèrement car elle dépérissait, installée dans un pot plus grand et avec une bonne terre souple elle a repris du volume et m'offre une floraison continue pleine de vie

Salvia Hot Lips


verdure


ça pousse bien dans le coin...


Arrivé en mai dernier, ce choisya a très mal vécu cet été chaud et sec et malgré les arrosages substantiels il devenait de plus en plus moche, il a végété un bon moment en pot avant que je l'installe dans la bordure du jardin d'ombre, lui aussi a aimé le retour de la fraîcheur et s'est mis à faire de nombreuses feuilles, à la faveur d'un petit tour matinal j'ai eu la surprise de découvrir quatre fleurs parfumées

Choisya Ternata White Dazzler



Au cours de l'été je me suis rendue à la pépinière où j'ai fait l'acquisition d'une Stachys dite aussi oreille d'ours ou épiaire laineuse, je voulais une plante originale qui diffère de celles que j'ai l'habitude d'installer en potée, ses feuilles sont douces comme de la soie, c'est une plante doudou que j'ai accompagnée de la campanule des murets E.H Frost à la floraison blanche, j'y ai ajouté une dizaine de troènes aux couleurs variées qui seront plantés en haie à l'automne, payés 3 euros l'unité j'ai fait main basse sur le stock, il y a dans cette pépinière un endroit oublié ou de nombreux végétaux attendent de trouver un jardinier qui voudra bien les accueillir, on peut faire de belles affaires


Un autre prunus, cette fois c'est Okame à la spectaculaire floraison d'un rose tendre merveilleux au parfum doux, il est d'un développement plutôt lent et ne devrait pas dépasser les quatre mètres à l'âge adulte, vendu 4 euros pièce c'était le dernier, j'ai sauté sur l'occasion... il a pris un peu trop le soleil et ses feuilles montrent clairement des traces de brûlures



Photo internet du prunus Okame 



La jardinière du jardin d'ombre terminera ce post... ici poussent des graines semées à la volée, l'amaranthe noire domine de ses belles hampes, je ne sais si comme la rouge elle se consomme en cuisine... il y a du trèfle, de la vesce, de la moutarde, du pourpier, des nigelles blanches, roses et bleues et puis... de jolies surprises mais pas de butineurs contrairement à ce que j'aurais cru


Il a suffit d'une seule petite graine (qui ai bien voulu germer) ramenée de mon ancien jardin et cette sublime scabieuse Chile Black fait aujourd'hui partie des spécimens que je suis ravie de voir fleurir dans mon nouveau jardin, quelle beauté, sa couleur ravissante est à tomber


Je suis satisfaite de ce jardin d'ombre qui me permet de voir prospérer des végétaux que je n'aurais pas pu ou du installer dès la première année dans le jardin du haut bien plus exposé au soleil et cette année il faut dire que ce beau diable a fait des siennes, ces prochains mois j'aurais l'occasion de déplacer certaines d'entre elles pour qu'elles s'intègrent doucement dans les futurs massifs que je dois travailler, j'espère juste la pluie, cette pluie qui ameublira mon sol et me permettra de le travailler plus facilement, les rats taupiers n'ont pas attendu la pluie eux, ils sont revenus comme la misère sur le pauvre monde !!!

lundi 24 septembre 2018

Petites folies

Cet été je me suis penchée sur la liste des rosiers que je comptais accueillir au jardin, chez Kordes j'avais mis quelques spécimens dans ma liste d'attente avec un rappel par mail lorsqu'ils seraient à nouveau en vente, ça tombait bien, mi août je recevais un message m'informant de la mise en ligne des rosiers tant attendu

Pomponella qui m'avait tant plu chez Estelle intégrera le jardin en octobre prochain, résistant et florifère, il est doté d'un parfum léger et odorant et ses boutons globuleux font vraiment tout le charme de ce joli rosier


Larissa que je possédais dans mon ancien jardin


Pour les valeurs sûres, c'est chez le rosiériste Loubert que je me suis fournie, je connais désormais leur sérieux et les prix ne sont pas plus chers qu'ailleurs

Il y a d'abord le charmantissime Cuisse de Nymphe émue que je possédais dans mon ancien jardin, un rosier solide à la floraison unique tout en délicatesse, un parfum puissant avec ce petit côté si féminin que j'adore, une beauté aux épines acérées qu'il faut savoir manipuler avec précaution


Super Fairy rejoindra lui aussi le jardin et sera installé sur le mur de la dépendance là où il y avait l'ancien poulailler. Doté d'une belle résistance et d'une capacité à s'épanouir rapidement sur un mur, il est remontant et ses fleurs pleines de charme sont changeantes passant du rose foncé au rose doux presque blanc, discrètement parfumé il sera le petit plus qui habillera cette partie du jardin pour l'instant laissée à l'abandon


Lorsque j'ai commencé à dessiner les massifs de mon futur jardin j'ai de suite imaginé des rosiers anciens, très parfumés, je voulais avant tout qu'il y ai des senteurs, la dominante rose avait ma préférence
Le choix s'est très vite porté sur des rosiers anciens utilisés par les parfumeurs pour les hydrolats servant à la fabrication des parfums, souvent non remontant ils sont d'une délicatesse absolue, leur beauté et surtout leurs effluves puissantes les rendent indispensables dans un jardin

Le premier d'une future longue série, ici rosa damascena Kazanlik


Le suivront dans les mois à venir, Juno, le Rire Niais, Rose de Meaux et Fantin Latour


et les géraniums des parfumeurs


Il y aura aussi de la lavande vraie, de la lavande aspic et enfin de la lavande blanche très parfumée

Les bulbes s'entassent en attendant que le froid revienne pour la mise en terre


Quelques fruitiers réclamés par les gourmands, cassis, framboise, myrtille...




J'ai enfin trouvé mon figuier déjà porteur de quelques fruits... le vendeur m'a indiqué que les fruits ne devraient pas tomber ces prochains mois et que l'année prochaine nous pourrons les déguster dès que les températures seront chaudes... c'est un figuier aux fruits riches, fondants, doux, gourmands et sucrés
J'ai ainsi appris que sa sève est extrêmement corrosive et elle est utilisée pour brûler les verrues 

Figuier Madeleine des deux saisons



Trouvés aussi la belle monarde Beauty Of Cobalm que je possédais dans mon ancien jardin et le géranium Orion qui sera planté dans le massif du grand bleu


enfin pour terminer la belle Monarde Croftway Pink faisait également partie des derniers achats


Ces quelques achats m'ont fait du bien car après cet été beau mais chaud, les plantes ont pris cher, très cher et je crains que certaines ne s'en relèvent pas malgré tous les soins apportés, la sécheresse continue ici et ce n'est pas de bonne augure pour ce début d'automne même si quelques pluies sont venues rafraîchir l'atmosphère