vendredi 22 mars 2019

Après le vide la vie...

Un jour de novembre nous avons pris nos cartons et tout ce qui faisait notre vie,  nous nous sommes installés dans cette maison perchée en haut d'un vallon entouré de vignobles... un grand jardin s'offrait à nous cachant dans son sol quelques jolies merveilles pendant que dans le ciel tranquille se produisait un drôle de manège

Les prémices démarraient avec la floraison des pâquerettes...



Les abeilles solitaires faisaient leur première sortie se chauffant au soleil doux 



C'est à peu près au moment de la floraison du prunus Niponica Ruby qu'était lancée la pleine saison des gourmandises, ses élégantes fleurs blanches si attirantes et chargées d'un pollen nourricier



Tulipe Victoria Secret's



Que de tentations irrésistibles pour les affamés


Résister à ce plaisir gustatif ?? pas question

 
D'autant que celui-ci n'était pas solitaire

Quoi de mieux qu'une prairie fleurit pour se délecter de nectar savoureux


Le sol soudain semblait s'animer d'une vie indétectable l'instant d'avant


C'était l'heure de la sortie pour les abeilles mâles dites de terre, les femelles n'émergeraient qu'un peu plus tard lorsque l'air serait vraiment réchauffé donnant alors des envies de galipettes aux messieurs déboussolés par les phéromones largement dispersées aux alentours, les coquines demoiselles savaient comment les attirer dans le piège de la séduction, la reproduction étant la clé de cette frénésie

Pendant ce temps à l'autre bout du jardin et près de la dépendance des vrombissements impératifs se faisaient entendre, les osmies s'organisaient pour prendre d’assaut les ouvertures de la treille afin d'y mettre à l'abri leur future progéniture, la descendance était d'ores et déjà assurée




La vie ne se trouve pas que dans les airs.. 

De petits pointillés habillement cachés et distillés dans les m² ponctuant ici ou la ce qui n'avait d'herbe que le nom, la multitude s'habitua à ce nouvel environnement lumineux et à son sol accueillant s'extrayant un peu plus au fil des saisons pour finir par transformer la verdure existante en tapis fleurit

Il y eu au départ les lamiers attrayants et envahissants mais quelle splendeur, un repas gargantuesque disponible non stop pour le microcosme environnant



Puis les violettes blanches jouant des coudes pour se faire une place au soleil



suivies de près par les violettes violettes


Des jonquilles téméraires et naturalisées dont je ne sais comment elles sont arrivées là



Vinrent ensuite les primevères discrètes



réparties en petites touches multicolores



Aucune intervention de la main humaine ici, tout est garanti 100% naturel

De petites étoiles sont apparues dans le jardin brillantes et scintillantes comme des soleils, myriades jaunes dans le vert environnant

Ficaire et Véronique petit chène



Et dans le jardin soudain le soleil fut...



Reste celle qui apparaît après les autres, elle offre à la douceur de la main son feuillage découpé fin et doux, une vraie colonisatrice qui s'étale à grande vitesse mais qui n'en reste pas moins attrayante

Achillée blanche en devenir


et puis il y a une merveilleuse étoile à la blancheur immaculée qui sans conteste attire l'oeil 

Magnolia Stellata


Dommage que les coléoptères viennent gâcher la fête



*-*-*-*-*-*-*

S'il ne devait y en avoir qu'un alors ce serait mon préféré

Prunus Niponica Ruby encore et toujours

mardi 19 mars 2019

Premier clap au potager 2019

L'année 2019 était normalement l'année de la naissance de notre potager déjà partiellement aménagé ces derniers mois mais les contraintes survenues récemment ont considérablement remis en question l'envie que j'avais d'y faire pousser des légumes, la faute au temps qui n'a pas été favorable l'été dernier car j'ai vu mon jardin s'étioler, souffrir du manque d'eau et je me suis dit que transporter les arrosoirs sans arrêt ça finirait par me saouler, il y a eu aussi ma santé problématique, enfin ces saloperies de rats taupiers dont je n'arrive pas à me débarrasser 

En octobre 2018 j'ai récupéré je ne sais plus comment des aulx rose de Lautrec particulièrement savoureux et gustativement excellents, c'est un peu comme les oignons cévenoles, une fois qu'on y à goûté plus moyen de passer à autre chose. Ils sont protégés par un label rouge, un label discutable selon moi et qui se veut commercial avant tout, je me suis mise à prélever quelques gousses pour les mettre en potée le temps de voir si le test de la levée pouvait fonctionner sous nos latitudes.

Photos Janvier 2019


Alors que je regardais une vidéo sur le potager via Youtube et qu'il était question des différents spécimens d'aulx, je me suis souvenue qu'il fallait que j'aille y jeter un oeil voir si quelque chose poussait enfin, en grattant la pellicule de neige j'ai pu voir que des petites pousses pointaient le bout de leurs feuilles, ciel, aurais-je réussi le test ?? bon tout n'est pas gagné car notre climat n'est pas aussi favorable que celui du tarn et qu'il va me falloir dès que les beaux jours seront là les transférer dans un coin du potager afin qu'elles puissent s'y épanouir mais à l'abri des rongeurs indélicats.

Mi-février j'ai aussi mis en culture les morceaux de patate douce, ce légume est gourmand et doux, son goût est légèrement sucré et utilisable dans de multiples recettes... en parallèle je teste pour la première fois la culture d'un bulbe de gingembre, j'adore ce fruit poivré à la saveur prononcée qui réveille les papilles avec son côté énergisant, coupé en fines lamelles dans un crumble ou utilisé dans un vinaigre c'est une perfection en cuisine... j'espère qu'il va pousser parce que j'ai prévu de réaliser un sirop pour parer aux rhumes l'automne prochain et qu'il rentre dans sa composition

La culture des patates douces n'est pas une réussite, pfft


Lors de notre ballade à St Jean de Beauregard l'automne dernier nous avons fait l'acquisition de nombreux fruitiers que nous avons installés côté potager, figuier et pêcher sont les deux fruitiers plantés dans cette parcelle où il apporteront un peu d'ombre mais pour ça il faudra laisser le temps faire son oeuvre

Nous avons également mis en terre dans la planche des fruits noirs et rouges deux cassissiers, un framboisier, un myrtillier, un groseillier rouge et un groseillier à maquereaux

Photo juillet 2018


Le mois de février a été propice aux derniers achats de végétaux destinés à la partie potager
Dans une pépinière pas loin nous avons trouvé des scions et hop, un moment plus tard nous rejoignaient un poirier et un pêcher de vigne, celui installé au jardin au printemps dernier n'a pas repris... j'ai demandé à fifille et à son ami de planter les pieds de fraisiers, 12 au total, en juin prochain nous aurons quelques fraises succulentes et choisies avec soin et les petits gourmands seront comblés

Avec les planches récupérées lors du démontage du poulailler j'ai confectionné cette grande jardinière (sur la photo ci-dessous à gauche) principalement destinée à recevoir les futures salades, en parallèle tout au fond à droite j'ai aussi réussi à faire un composteur lui aussi en bois de récupération mais il va déménager près de la maison du voisin pour être implanté à l'ombre d'autant qu'avec le mauvais temps le bois a gonflé et les planches pourtant solidement fixées se sont désolidarisées


La bâche noire a été enlevée, pourquoi ai-je mis du plastique moi qui suis sensée protéger mon jardin de tout polluant chimique, pfft, suis à l'ouest


Il reste encore beaucoup de bois provenant de l'ancien poulailler (une pensée pour Estelle et son billet sur son coin bordel), ce tas de bois qui va ressembler dans un futur proche à un dépotoir sans nom surtout lorsque la végétation va reprendre vie, il faudra que je m'en occupe avec zhom lorsque j'irais mieux d'autant qu'à cet endroit le prunier qui avait été définitivement taillé par les jardiniers fait des pousses qui sortent un peu partout, grrr, quelle parcelle merdique je vous jure !!!

Nous avions heureusement pu en amener une bonne partie à la déchetterie avant que je ne tombe malade mais il reste les plaques d'amiante dont il va falloir se débarrasser je ne sais pas encore comment... zhom m'a dit qu'il allait les couper avec la scie pour en faire des morceaux, on essaiera de les déposer à la déchetterie mais bon pas sur d'y réussir vu que c'est désormais interdit

Photo Septembre 2018


Je me suis laissée inspirée par les carrés de Marie du "Jardin de Pantoufle" qui a changé totalement la physionomie de son jardin-potager en très peu de temps, je vous invite à aller y faire un tour, elle a prévu de nombreux projets pour cette année 2019... 
Avec du bois de récupération on peut faire plein de choses et j'en ai à revendre, peut être qu'en ajoutant  du grillage à poule au fond de mes bacs les rongeurs ne pourront pas venir croquer ce qui y pousse

Inspiration 


C'est un peu par hasard que j'ai débarqué un jour sur le "potager de la découverte", un site qui permet de programmer son potager, d'échanger des graines, de faire ses étiquettes et même d'avoir accès à des plans, il est ainsi plus facile d'en prévoir la disposition via un petit programme exploitable en 2D ou en 3D depuis leur site, enfin cerise sur le gâteau on a accès à leur forum qui traite de nombreux sujets comme celui des purins ou des mauvaises herbes 



Mon potager futur ...


Les pommes de terre sont en germination dans la dépendance, j'ai réussi à ranger l'établi bien encombré désormais par mes bacs de culture

Pour pouvoir faire un choix sur les variétés et conforter mes sélections je me suis beaucoup aidée du tableau réalisé par Olivier (lien ici)
Bintje, Charlotte, Roseval (ma préférée) et celles en provenance de l'Ile d'Oléron dont j'ignore le nom mais qui sont excellentes en cuisine... 


D'autres semis, poireaux, navet, fève, brocolis pourpre


Je suis obligée pour la plupart des légumes de les faire lever dans des contenants, ce n'est pas très académique j'en conviens parce que les rats taupiers ont creusé des galeries de partout autour et dans les carrés potagers, nous essayons de mettre un terme à l'escalade de leur multiplication et pour l'instant nous constatons un net replis mais pour combien de temps, pendant que ces satanés bestioles ne sont pas en train de faire des butées, elles sont à creuser dans le sol grr

Semis de petits pois (18 pots de 4 graines chacun)


Zhom m'a acheté un vaporisateur tip top, excellent pour humidifier la terre sans créer de vague 

Petits pois à gauche et capucines grimpantes à droite... 


J'ai aussi démarré les semis de tomates, poivrons, piments, tournesol... je dois aussi semer les concombres, les courges, mon tableau de culture se remplit et la place manque mais mars est un mois que j'adore parce que le printemps n'est jamais bien loin

mercredi 13 mars 2019

Les prémices printaniers

Ce mois de février aura sans nul doute été le plus doux et le plus ensoleillé depuis fort longtemps aussi quel plaisir de contempler la nature qui reprend vie, de se croire déjà au printemps
Mais ce début mars est quelque peu agité là dehors

Les perce-neige se sont multipliés sur l'herbe qui nous sert de pelouse



J'ai du rappeler à zhom de faire attention où il mettait ses petons désormais et d'oublier même si c'est nécessaire que la pelouse aurait bien besoin d'être tondue

Les gaziana se plaisent dans leur potée, il va falloir que je pense à enrichir la terre et pourquoi pas, leur offrir un contenant plus grand, elles sont désormais installées sur le muret qui borde la terrasse, un endroit approprié pour elles qui aiment la chaleur et le soleil (lorsqu'il daigne se montrer)


Mon Loropetalum Fire Dance pousse cahin caha et son développement laisse à désirer, je ne sais pas quoi faire de cet arbuste au feuillage pourpré et à la superbe floraison carminé ressemblant à s'y méprendre à celle de l'Hamamélis, c'est un arbuste qui normalement devrait atteindre 2 mètres mais vu sa fragilité je suis obligée de le conserver en pot d'où sa petitesse, c'est un arbuste habituellement cultivé en climat doux qui craint le froid et ne supporte pas les températures sous 0 aussi je le rentre dès que les températures baissent trop

 


Installé dans la verrière  je l'ai laissé vivre sa vie, il n'a pas démérité et a passé tous ces derniers mois à fleurir en continu même aux heures les plus froides de cet hiver trop court, aujourd'hui encore il est chargé de boutons floraux


Comme Estelle, j'ai ressorti les succulentes pour les installer sur le râtelier de la terrasse


Les petites pipistrelles (ou chauve souris) sont encore en hibernation bien cachées à l'abri derrière le volet qu'il va falloir que je nettoie, avec leurs déjections la peinture est tachée de longues coulées blanches et de crottes 💩💩que j'essaye de mettre dans mes pots de fleur, parait que c'est un engrais incomparable...  j'adore ces bestioles pourtant si laides, ce sont mes petits batman ;-)
 /

Les prunus dardent leurs bourgeons

Prunus Okamé



Prunus Cistena


🌸Prunus Niponica Ruby🌸


Le jaune sublime du Mimosa



Les premiers semis (Pavots, ancolies, nigelles, pois de senteur, cerinthes...)




Ma petite verrière est remplie de plantes, de bulbes, d'agrumes et de potées et de bien d'autres petites choses destinées au jardin, vivement que le printemps arrive car bientôt nous ne pourrons même plus tourner sur nous même tant la place se fait rare et je dois encore semer mes futurs légumes destinés au potager... j'ai pu faire un peu de rangement dans la dépendance pour pouvoir installer mes semis dans cet espace qui faute d'être exceptionnellement lumineux a au moins l'avantage de m'offrir la place dont j'ai besoin

Cerinthe Major, une rescapée des semis de l'automne dernier


L'abricotier est en fleur et mazette qu'il est beau... les petites osmies gourmandes ne s'y sont pas trompé, à peine sorties de leur cachette les p'tits culs roux n'ont pas tardé à trouver comment s'occuper


Mais pourquoi les insectes s'obstinent t'ils à vouloir sortir par une fenêtre fermée ?? je vous le demande...
Ces deux là auraient bien fini par mourir si d'aventure je n'avais pas été faire un tour dans la dépendance, ni une ni deux, deux pots plus tard et les voila en liberté, elles n'ont pas tardé à s'envoler pour vaquer à leurs occupations et moi retourner aux miennes


Les vents tempétueux se succèdent et franchement c'est anormal, on a jamais vu des vents d'une telle puissance, en parallèle il pleut des cordes et ça fait du bien à la terre et aux plantes le seul problème c'est que la porte de la verrière ne cesse de s'ouvrir, l'un des carreaux n'a pas résisté à la force du vent j'ai réparé avec ce que j'avais sous la main (plastique et carton) et fixé le tout avec du scotch tissé le temps que zhom ressorte la disqueuse de son étui

Avant et après


C'est là ou je m'interroge sur l'intérêt d'installer une serre car avec des tempêtes pareilles les plaques de polycarbonate n'y résisteront pas, je passe mon temps à remettre la petite pergola sensée soutenir mes rosiers (j'ai demandé à zhom de lui mettre les pieds dans le béton) alors pour la serre je n'en parle même pas

J'ai aussi pu aller jardiner un peu, mon corps retrouve doucement une relative élasticité même si les épisodes de crampes musculaires et nerveuses sont encore bien présents, je fais en sorte de bouger un peu plus et surtout de m'étirer, une phase importante pour que mon corps puisse récupérer au mieux