vendredi 22 septembre 2017

Septembre en demi teinte

Il y a quelques jours nous avons entrepris le vidage du grenier de la maison et avons véritablement pris conscience que ça y est, enfin, nous allions déménager bientôt, le fait de quitter notre maison n'est pas sans regret si une petite pointe de mélancolie ne venait de temps en temps s'insinuer en nous vite chassée par les préparatifs et le rangement qu'il va falloir entreprendre, celle qui a été notre maison pendant un peu plus de 10 années  laissera forcément quelques souvenirs dans le coeur. 

Les petites excursions au jardin se sont raréfiées tout comme les périodes de jardinage, sans doute par lassitude ou par ennui mais aussi et en grande partie à cause du temps froid, humide et maussade qui persévère, le coeur n'y est plus du tout.

La pergola sera sans nul doute ce qui me manquera le plus, bien à l'abri sous son toit transparent je pouvais y contempler le jour qui se levait, la nuit qui arrivait, entendre hululer la chouette perchée dans les arbres tout près, me détendre assise à la table de jardin ou en train d'écrire sur mon clavier protégée par un écran de verdure


En attendant je regarde avec un bonheur non dissimulé les (maigres) floraisons variées qui s'offrent à mon objectif, du rose avec le joli géranium strié, une merveille coureuse et solide qui se transforme à l'envie en couvre sol étalé 


juste derrière se trouve le sedum très attirant pour les butineurs en quête de nourriture


à gauche de tout ce petit monde on trouve le Calicarpa couvert de petits bonbons en formation, cette année lui aura été profitable, comme il n'est pas encore très fort sur pied je vais l'emmener dans mon futur jardin


La verveine de Buenos Aires est attirante pour les papillons



Le vent aura aidé les graines à migrer aux quatre vents du jardin, il y en a partout

Les branches de l'aster Little Carlow se mêlent à celles du Calicarpa, voisins, ils s'accordent à merveille


selon la lumière, la couleur varie mais reste toujours charmante, dans mon prochain jardin j'en mettrais plusieurs pieds, je les trouvent tellement beaux



Les lobelia sont faciles du culture et leur couleur bleue est à tomber mais malheureusement je n'arrive pas à fixer leur couleur en photo où ils virent au violet vif



L'aster Rosa Perle va fleurir tout l'automne (ou partie) je ne serais plus là pour le voir



Couché par la pluie il ne manque pas d'éclairer le massif éteint en cette fin d'été

La malva fait son effet ainsi mélangée à la spirée fanée


L'or brillant du Cornus Sanguinea a amené quelques rayons de soleil bien absents en ces jours de grisaille et de fraîcheur, son feuillage doré n'est que la conséquence d'un printemps terriblement chaud et sec, son automne est déjà arrivé et les températures dignes d'un mois de novembre ne sont pas faites pour rassurer sur l'hiver qui arrivera, sera t'il froid, très froid, glacial ou givré ?




Dommage que les tiges de la Persicaria Blackfield ne puisse grimper à l'assaut des branches jaunies du cornus, les deux feraient un mariage très attrayant



Il y en a une que je pourrais rajouter à ce duo fantastique, la corète qui soudain se pare de pompons jaunes appelant une seconde floraison moins spectaculaire que celle du printemps



Aujourd'hui c'est l'automne et à l'heure ou j'écris ce paragraphe il ne fait que 5 degrés autant dire que la saison commence fort en plus de démarrer tôt, est-ce que ça annonce un hiver froid ? on verra
Sous le lilas les sedums s'accordent merveilleusement avec le penstemon rose et le fushia ricartonnii, les couleurs du bambou sacré ne ressortent pas assez, il est encore trop jeune
L'hydrangea Dentelle de Goron prépare une jolie floraison largement masquée par l'ampleur du sedum, pour lui c'est un second printemps


Entre deux rayons de soleil la pluie tambourine toute la journée noyant les plantes et le jardin sous des trombes d'eau, le fushia s'affale sous le poids de l'eau qui vient juste de s'arrêter


A la faveur d'une accalmie j'ai réussi à saisir sur le bref une réunion au sommet, était-ce pour parler du dérèglement climatique ou simplement évoquer les profonds changements planétaires qui vont avoir lieu dans la prochaine décennie ?
Je n'ai pas cherché à en savoir plus, il y a des débats qui doivent rester secrets


Certains hôtes indélicats sont venus jeter de l'huile sur le feu ou comme dirait l'autre baver sur les copains du dessus


La lumière illumine la verdure du jardin... tandis qu'elle fait flamboyer les ocres dorés de l'érable peau de serpent, cette année il a du pousser de plus d'un mètre




Nous sommes retournés plusieurs fois dans notre future maison, nous y avions rendez-vous avez l'électricien, nous y avons également été invités par les futurs vendeurs pour savoir ce que nous souhaitions conserver, des gens adorables, on a vraiment trouvé des perles et s'ils regardent avec regret leur maison, ils n'ont qu'une envie, c'est de la quitter pour entamer comme nous une nouvelle vie 


A droite de la verrière que vous distinguez sur la photo du dessus, on trouve un coin de jardin laissé à l'abandon  dans lequel je vais m'empresser de faire du ménage, je vous ai dit (non ?) que mon 1er achat serait une tronçonneuse ?
Peut-être ou pas, je ne sais plus, mais dans l'absolu vous devriez être servis dans les avant/après et je peux déjà vous garantir qu'il y en aura de nombreux


Je ne sais pas pourquoi certains propriétaires s'ingénient à ne pas entretenir leur parcelle de terrain, c'est tellement agréable le jardinage et puis là 1000 m² ça laisse place à l'imagination
Quoiqu'il en soit j'ai découvert cachée sous les arbustes ce que je pense être une fontaine en fonte, un petit bijoux, je vous en reparlerais lorsque j'aurais tout enlevé et que j'aurais pu la remettre à la lumière


Là c'est la partie avec la dépendance, les rosiers (rouge sang) vont rejoindre la poubelle en même temps que les lavandes à moins que je ne puisse les déplacer... sur la droite du bâtiment vous avez un lilas et le pommier et juste derrière un immense cerisier et un prunier énorme, ils sont montés en hauteur pour avoir de la lumière car derrière se trouvent d'immenses cyprès qui leur cache la lumière mais que nous allons faire enlever par un professionnel avec qui j'ai pris contact.
Le bâtiment a été construit par les précédents propriétaires qui n'ont rien trouvé de mieux que de coller une charpente en amiante (c'était à la mode à l'époque), on en connait les dangers, un matériaux que nous prendrons soin de dégager dans les prochaines années pour le remplacer par une toiture bois et polycarbonate histoire d'amener de la lumière


Comme vous pouvez le voir les plantations florales sont minimalistes et ça vaut pour tout le jardin !!!
Ils ont tout de même réussis à planter un arbre de Judée et un Liquidambar en plein milieu de la partie droite sur la photo, l'un doit être crevé et l'autre pas loin de l'être, la propriétaire m'a avouée qu'elle avait planté beaucoup d'espèces végétales mais comme elle ne s'en occupait pas elles n'ont pas résisté
Un petit bilan de la terre m'a permis de voir qu'elle est plutôt limoneuse, une terre noire et riche dans laquelle je pourrais faire prospérer les nombreuses plantations que je compte installer dans les prochains mois et puis j'aurais du Brf à revendre avec toute la végétation à enlever, ça promet

mercredi 13 septembre 2017

Jardin intérieur

Oui enfin pour l'instant il est tout sauf intérieur puisque j'ai fait faire la transhumance de mes orchidées qui sont passées de ma cuisine en mai (ou juin je sais plus) dernier et sont parties s'aérer à l'abri sous la pergola profitant ainsi des variations climatiques (assez fortes cette année), des arrosages façon brouillard, d'humidité parfois relative, de chaleur aussi parce que cette option est presque indispensable pour qu'elles s'épanouissent

Comme la météo changeante, il m'arrive d'avoir des idées qui surviennent alors que je suis le tuyau d'arrosage à la main ou en train de regarder la vie qui s'offre à mes yeux contemplateurs

PAF...

Oui c'est un peu comme ça que mes idées surviennent, chez moi on dit que ça vient "comme une envie de pisser"
Je ne vois rien qui concorde avec mes pensées dans le fait d'aller aux toilettes si ce n'est que c'est le seul moment ou  l'on te fiche la paix au propre comme au figuré, voila, je ferme la parenthèse pipi caca pour aujourd'hui
Donc mon idée du moment concernait mes orchidées...

J'ai récemment agrandi ma collection, je vous l'ai raconté dans un précédent post, mon fournisseur favori va partir en retraite et pour moi c'est (c'était) le (dernier) moment pour acquérir quelques spécimens supplémentaires avant qu'il ne ferme définitivement les portes de sa serre et que je ne déménage plus loin ailleurs (ce qui est bien en un sens, je ferais des économies)
J'ai cherché (pas trop longtemps) ce câble chauffant acheté à l'époque ou je tentais de cultiver un Artocarpus dans un vivarium  mais aussi un goyavier, un pluméria et je ne sais plus quoi encore, je devais vraiment avoir un grain à l'époque (ça a changé à ton avis ??)... il m'avait coûté la peau des fesses mais ça s'était avant que les chinois ne tapent l'incruste et ne nous vendent des produits bon marché à la durée contestable

J'ai trouvé une box chez Alinéa à quelque chose comme 5€, assez profonde, parfaite pour ce que je projetais de faire


Des billes d'argile qui ne sont pas d'argile mais d'une espèce de terre recouverte d'une pellicule d'argile, le tout se désagrégeant à la moindre variation climatique bien entendu sinon ça ne serait pas rigolo
Décidément, ils nous refourguent des cochonneries ces p'tits chinois


A l'aide de mon fer à souder j'ai fait quelques trous dans mes deux boites (box), d'abord sur les couvercles et ensuite de part et d'autre des poignées



J'ai ensuite inséré le câble par l'un des trous pour le faire ressortir de l'autre côté, comme il me restait du fil chauffant je l'ai fait courir dans une autre boite dans laquelle cette fois je cultiverais des orchidées qui ont besoin d'avoir une grande variation de température mais sans avoir besoin d'énormément de lumière



Les petits trous dans le couvercle permettront une conservation de la température en même temps que l'humidité perlera en forme de gouttelettes arrosant ainsi les plantes qui s'y trouveront
Il faudra que je trouve un moyen d'installer un petit ventilateur pour permettre une bonne ventilation de l'habitacle


Quelques étiquettes plastiques ont été ajoutées sur les boites
En fonction de l'épanouissement des plantes et de leur évolution puisqu'elles seront désormais cultivées principalement à l'intérieur de la maison, je verrais pour modifier leur condition de vie, dans notre future maison elles auront une pièce bien à elle en attendant que nous ayons trouvé comment créer une pergola sous laquelle je pourrais les installer pendant l'été ou dans la verrière de l'entrée aux beaux jours, elles y seront à l'abri et y seront même probablement mieux

Avant l'installation des plantes



En fin de compte après le montage je me suis rendu-compte que le déplacement des boites serait compliqué et surtout très contraignant, j'ai donc abandonné mon idée première et je n'ai conservé que la plus grande boite, la deuxième aura son tapis chauffant dans les semaines à venir


Sur l'étagère la plus basse j'ai installé une ampoule de marque Lexman E27 de 1521 lumens et de 4000 K qui se rapproche le plus possible de la lumière naturelle
Sur la troisième étagère (en partant du bas) j'ai opté pour une ampoule de plus faible puissance, cette fois c'est une LED de marque XXCELL de 840 lumens mais de 4000 K quand même, à valeur de prix égal, les deux émettent un rayonnement qui devrait être suffisant pour leur prospérité

Une idée imprévue venant comme le cheveux sur la soupe, je me suis aperçue qu'en à peine 48 heures les racines de mon orchidée étaient passées de vert à brun cuit, pour le coups c'est mon idée qui était cuite... j'ai pris l'option de  remédier au problème en prenant un petit bac à fruits, j'y ai mis des billes d'argile et un fond d'eau puis j'ai mis le tout dans le grand bac qui lui contenait le câble chauffant et les billes d'argile, un petit fond d'eau et voila le travail, la plante va pouvoir continuer à prospérer (si elle se remet du coups de chaud)

vendredi 1 septembre 2017

Un bout d'été au jardin

Coucou la foule, bon j'espère que vous avez passé d'excellentes vacances d'été, comme on dit, c'est fini...
Pour une reprise je ne doute pas que vous devez vous demander de quoi je vais bien pouvoir vous parler 

et bien à vrai dire je vais commencer par vous parler bestioles, vous savez ces immondes punaises que j'ai découvert au jardin pendant l'intégralité du printemps et une partie du début d'été...
On voit bien le stade d'évolution de ces prolifiques insectes, ici sur mes petites tomates cerises



Ouais je sais, elles vous font dire beurk aussi... 

Lui est moins moche mais tout aussi ravageur... j'ai nommé le sansonnet ou plus communément l'étourneau.
Cette année les moissons ont été faites plus tôt, c'est qu'ici il a fait très chaud et très sec et l'invasif oiseau a du trouver pitance ailleurs que dans les champs et c'est tout naturellement qu'il s'est rapproché (non pas lui tout seul mais avec ses potes) des jardins dont le mien...
A grand renfort de piaillements stridents ils débarquent telles des sauterelles volantes et descendent furieusement dans les jardins pour ripailler à qui mieux mieux faisant fuir inexorablement les autres oiseaux amis...
Contre lui nulle parade si ce n'est l'utilisation d'artifices qui vont le faire battre en retraite, parait qu'ils n'aiment pas le bleu (moi je l'adore le bleu et dans toutes ses teintes) et les trucs brillants


J'accepte leur présence (car ils débarrassent le jardin de ses nuisibles) tant qu'elle reste limitée à deux ou trois individus mais je garde un oeil et des que c'est la fête je fais du bruit pour les faire fuir, ça fonctionne bien mais pour combien de temps, parait que c'est intelligent comme pas deux !!!

Par contre le couple de ramier vient souvent faire un tour au jardin, c'est que le menu y est diversifié et suffisamment important pour remplir les ventres affamés, il faudrait que j'apprenne à parler le ramier comme ça je pourrais surement le rallier à mon combat contre les punaises


J'ai tout de même deux alliés au jardin...
Le number one c'est le moineau commun qui vit avec ses congénères sous ma toiture et dans la haie voisine...
Que de cacas ça fait ces p'tites choses là mais radical dans la chasse aux insectes


En 2ème position ma sarracenia qui doit probablement émettre une substance fort attirante car les insectes se font piéger en nombre et le pire c'est qu'après avoir tenté les sauvetages (en masse) ils y retournaient allègrement, j'ai fini par abandonner devant la multitude
Je préférerais que les punaises viennent s'y faire bouffer mais non, elles restent accrochées à mes plants de tomates et de pommes de terre telles des moules sur leur rocher et encore on ne se plaint pas, les moustiques ne sont pas venus, parait que pas loin d'ici les moustiques tigres ont commencé à envahir le paysage


Un matin au réveil pénible je me suis aventurée au jardin histoire de voir si rien n'avait bougé pendant la nuit... un petit tour près des tomates, hop, une de ces succulentes petites cerises vient me ravir les papilles...

Mon joli bubulle multicolore à  péri à quelques distances de mon bassin, il a sans doute été l'objet de convoitise de l'un de ces satané matou qui chassait par là... Très attristée par la mort de mon bubulle préféré j'ai du retourner chez Jardiland (alors chez eux c'est de pire en pire) pour racheter quelques congénères, trouver des femelles n'a pas été sans mal et j'ai eu la chance de tomber sur une jeune fille qui a su prendre son temps pour m'écouter et aller à la pêche




J'ai tenté de constituer une famille de deux femelles et de ce que je pense être un autre mâle en plus de celui que j'ai déjà au bassin... j'ai aussi acheté deux jolis poissons japonais, vous savez ces petits poissons ronds aux nageoires évasées au niveau de la queue ce qui m'a d'ailleurs décidée à démarrer un petit aquarium dans les prochains mois mais pas avant d'avoir déménagé dans ma future jolie maison...
Manque de bol, l'un d'eux est déjà passé de vie à trépas !!!

Après bien des péripéties et quelques mauvaises surprises (les agents immobiliers sont des voyous) nous avons rendez-vous chez le notaire en octobre prochain, le déménagement suivra...



Quant à notre maison actuelle et bien elle est vendue, signature chez le notaire début novembre, je crois que Octobre et Novembre vont être des mois chargés, intenses, fatigants aussi...


Sinon j'ai attendu que la météo s'arrange (court toujours cocotte, il fait un temps de chiotte), oui parce que le mois d'août  a été aussi pourri que le mois de juillet, nous avons même eu quelques matinées où les températures étaient descendues en dessous de 10° (un comble après des semaines de chaleur intense), ajoutée à cela la pluie qui tombait chaque jour comme si soudain l'été s'était transformé en printemps, de l'or en gouttes pour les plantes et le jardin qui s'est remis à prospérer... pluie le matin, soleil à partir de midi et jusqu'au soir, rien de mieux pour le jardin

Photos en version Matrix



Voila qui était indispensable aux fougères, elles périclitaient alors je me suis amusée à les installer en pot après en avoir vu de magnifiques dans le jardin de Magali (article ici dans sa chambre de verdure)



En seulement quelques semaines elles se sont mises à produire de nouvelles crosses puis de jeunes et belles feuilles, la reprise est belle et encourageante... la prochaine tentative sera de mettre toutes mes hosta en potées comme l'a fait Magali

Côté olivier, la multitude de fleurs n'a semble t'il pas attiré la foule des butineurs et ce n'est pas faute d'avoir placé le pot de l'olivier aussi près que possible des populations d'abeilles, de bourdons ou de mouches diverses et variées, rien n'y a fait,  il ne reste que deux olives qui réussissent à résister aux variations climatiques, nous n'aurons pas la possibilité de tenter le caviar d'olives vertes mais au moins pourront elles rejoindre un condiment quelconque préparé en cuisine
Nous pourrons dans l'avenir faire comme en Asie où les butineurs ne sont plus, ils ont été remplacés par les femmes abeilles qui pollinisent au pinceau les cerisiers, une aberration du 21ème siècle, l'humanité ne sera bientôt plus au rythme où vont les choses


La sécheresse a malgré tout laissé des marques et pas qu'un peu notamment sur les acers qui ont pris chaud, les rosiers sont éteints, la végétation s'est endormie bercée par les changements climatiques impressionnants ici en seine et marne, que d'orages, de pluies diluviennes, de vent, un vrai temps de chien, aujourd'hui nous sommes repartis sur un cycle froid, vent et pluie, je crois que j'ai de plus en plus envie de partir au soleil à l'autre bout du monde

Des floraisons trop rares mais qui réussissent à donner le change, ça suffira bien pour ce premier article

Phlox Rembrandt du jardin de Sylvaine, une merveille


Gertrude Jekyll, Verveine de Buenos Aires, Monarde, Verdure...

Bossa Nova ravissant et William Christie charmant

Boule de Neige que je prévois d'associer avec Iceberg dans mon prochain jardin

Cadre champêtre pour végétation auréolée de soleil

Pierre de Ronsard prolifique cette année

Pois de senteur

Penstemon


Les belles couleurs du soleil couchant


Je vous retrouve bientôt pour d'autres nouvelles, je vous parlerais de fleurs, de mon jardin mais aussi de notre joli projet tout neuf qui voit le jour petit à petit

@ bientôt