dimanche 11 novembre 2018

Aquatiques et carnivores

Cette année la météo a été compliquée à gérer, le jardin a beaucoup souffert des forts changements climatiques intervenus en quelques semaines, il y a eu l'hiver qui est arrivé très tardivement avec le glacial Moscou Paris, ensuite le printemps qui n'a duré que quelques jours avant que la chaleur ne s'installe et avec elle la sécheresse

En avril  2018 le bassin n'est guère attrayant et le niveau d'eau déjà bien bas pour l'époque

Photo du 21 avril 2018


Un mois après et quelques pluies (les dernières) les papyrus font un peu acte de présence, le nymphea prend de la place, la presle fait grise mine, on la devine à gauche, le bassin est presque à ras bord, j'ai dit presque

Photo du 22 mai 2018


L'été a été chaud et le bassin s'est vidé ne laissant aux deux aquatiques (presle et nymphea) que quelques centimètres d'eau à leur pied, c'était loin d'être les conditions adéquates pour elles, les poissons ont rendu l'âme depuis

Courant mai une copinaute d'instagram m'avait proposé de faire un échange de plantes et m'avait envoyé une bouture de papyrus que j'avais mise au chaud dans ma cuisine le temps qu'elle produise des racines


Pour les bouturer il suffit de tailler des têtes bien vertes, de les plonger la tête en bas dans de l'eau et quelques semaines après des petites racines font leur apparition


Aujourd'hui c'est un pied magnifique qui prend de l'ampleur et qui m'offre, plaisir suprême, une première floraison... 


Son développement a été rapide...
Il est encore plus beau que celui que je possède, avec le creusement du bassin prévu cet automne je pense qu'il prendra de la hauteur et surtout de l'envergure lorsqu'il y sera installé

Photo du 8 octobre 2018


Pour le second plus haut sur tige c'est dans une vieille bassine émaillée provenant de ma grand mère maternelle que j'ai installé les deux pieds, après le bassin je lui ai offert un habitat plus conforme à sa taille et de suite le changement a été significatif, tout au long de l'été il a multiplié les cannes signe que le pied est prospère


Le substrat pour plantes aquatiques permet d'éviter la prolifération des moustiques car il suffit d'arroser juste ce qu'il faut pour que l'eau n'apparaisse pas en surface, la ponte de ces bestioles nuisibles est alors inexistante et le système racinaire de la plante est toujours immergé ce qui est parfait.

Suivant les mêmes préceptes j'ai ainsi opté pour la culture en semi immergé pour le pied de presle qui faisait vraiment pitié à voir, j'ai coupé tout ce qui était mort, lui ai offert un pot plus en adéquation avec la petitesse de son pied et lui ai remis du substrat...
Maintenant il faut faire preuve de patience

Photo du 8 octobre 2018


Du côté des carnivores c'est à peu près identique, le pot est toujours immergé en partie basse dans une coupelle remplie d'eau, les floraisons ont été nombreuses tout au long du printemps et de l'été, le fait d'être dans la verrière et au chaud leur a plutôt bien convenu

Bien entendu ce mode de culture n'est pas réalisable pour les nénuphars et assimilés, je pense acheter un bac en plastique plutôt haut pour y mettre mon pied de nymphea stocké en ce moment dans la dépendance 

Du côté des carnivores la prospérité est de mise
Ma petite népenthès qui avait beaucoup souffert lors des grands froids de février a produit nombre de nouveaux pieds à ma plus grande satisfaction, c'est vrai que je l'avais largement taillée lui enlevant même la tête brûlée par le gel, les nombreuses fleurs m'ont permis de récupérer des graines que j'ai mis en immersion, l'hiver devrait briser la dormance et me permettre d'avoir de nouvelles petites plantules au printemps prochain

Avant


Aujourd'hui



Ma sarracenia a pris tellement de volume qu'il m'a fallu la rempoter, j'avais mis à son pied l'attrape mouche mais elle était littéralement étouffée par la masse imposante de ce pied très prospère


En ce moment elles sont stockées dans la verrière où il ne fait pas encore trop froid malgré les gelées de ces derniers jours mais je ne vais pas jouer avec le feu, je vais les protéger avec du voile d'hivernage et verrais s'il fait trop froid à les installer dans la buanderie

mercredi 7 novembre 2018

1 an

Il y a un an nous prenions possession de notre maison
Il y a un an nous avons pris le chemin de la campagne, sans regret aucun
C'était il y a un an et chaque jour nous prenons conscience de la chance que nous avons de vivre ici

Vues depuis la fenêtre du salon côté Est




Vues côté terrasse et jardin



Vivement l'année prochaine

vendredi 2 novembre 2018

Les petites news du jardin

Le 25 octobre début de journée maussade, tellement même que l'on s'est plu à rêver de la pluie
En lieu et place c'était grand et beau soleil tout l'après-midi

Donc je me suis attaquée aux abords de la dépendance, viré les croisillons qui ne servaient à rien, j'en ai profité pour passer un bon coups de balais sur ce mur cracra, je verrais à le repeindre s'il fait beau ou sinon ça attendra le printemps, je ne suis pas non plus prise par le temps


Déplacé et mis en pot le rosier Thallia qui végétait à cet endroit, il était couvert de bois mort et je n'ai pas envie de le voir dépérir et mourir
C'est à cet endroit que sera implantée ma future pergola, petite mais qui servira principalement à accrocher des potées fleuries mais aussi des décos et peut être pourquoi pas un rosier grimpant de petite taille

Au fait, je ne vous ai pas dit que Clématis faisait une petite remontée, étrange, il a du avoir très chaud cet été d'où cette floraison tardive


En parallèle agrandissement et nettoyage du massif qui borde l'entrée du jardin haut 
L'année passée je l'avais déjà partiellement retourné pour y faire quelques plantations et je m'étais battue avec un nombre incalculable de racines, je ne suis pas venue à bout de celle qui est à gauche du mirabellier sur la photo, je la laisse pour marquer l'endroit où je dois creuser histoire de voir d'où elle vient




Avec l'été et malgré le paillage les végétaux souffrent 
J'ai même du déterrer mon minuscule Lonette Chenault pour le mettre en pot afin de le protéger et lui permettre de se développer, il était si petit que je le distinguais à peine

Ici se seront avant tout des arbustes aux couleurs contrastées, mon céanothe sera décalé par rapport à son emplacement actuel et je n'apporterais pas d'autres plantes, les floraisons et l'étalement tant en hauteur qu'en largeur suffiront à donner du relief et du volume, connaissant la propension des spirée et céanothe à fleurir facilement et comptant sur l'abelia pour apporter ce qu'il faut de profusion, le cotinus fera le reste du boulot, je fonds devant ses plumettes


il y a aussi les rosiers Raubritter et William Christie qui eux resteront à leur place actuelle


Alors que j'étais partie faire le tri dans les poutres de bois laissées au fond du jardin et qu'en passant j'arrachais quelques mauvaises herbes (en surnombre ici) je me suis à nouveau fait piquer par une abeille et malgré mes gants de jardinage je l'ai bien senti passer, ça fait deux fois en très peu de temps que ce genre de mésaventure m'arrive et je ne compte pas celle de ce printemps, en dehors du fait que ça me laisse quelques sensations désagréables je ne comprends pas qu'elles soient aussi agressives et qu'elles passent ainsi à l'attaque, en cette saison c'est anormal et surtout leur comportement m'interpelle, l'été pour elles a été difficile

Néanmoins à l'avenir je prendrais la précaution de mettre des gants en cuir et plus en toile pour travailler au jardin parce que la dose de venin aussi minime soit elle n'est jamais sans risque et peut amener au déclenchement d'une allergie avec toutes les conséquences que l'on connait

Mon doigt me brûle et avec le frottement du gant ça devient véritablement douloureux, il va falloir que j'arrête le jardinage pour l'instant
Mes pensées ont trouvé leur place




Je trouvais que mon géranium vivace blanc avait une drôle d'allure, voila ce que j'ai trouvé au milieu de son feuillage
Peut-être une chenille de noctuelle de la patience... la mienne est partie d'un coups


Je l'ai déplacée ailleurs dans le jardin, pas envie qu'elle ne transforme mon pauvre géranium en confettis, non mais...

Quoiqu'il en soit, cette parenthèse au jardin m'a fait le plus grand bien, le froid s'invite et si j'ai pu travailler en simple tee shirt ce n'est pas le cas des jours qui ont suivi où nous avons eu nos premières gelées et juste un petit 2° au baromètre

vendredi 26 octobre 2018

Naissance

Un après-midi de beau temps et me voila dehors à chercher quoi faire
J'arrose, je grattouille, je déplace et arrange mes potées et puis... il faut que je fasse quelque chose avec toutes mes plantes qui attendent depuis fin septembre les ondées bienfaitrices qui auraient du rendre le sol plus meuble mais il ne faut pas rêver, la sécheresse perdure, ça craint

J'ai justement reçu mes rosiers en provenance de chez Kordes, chez eux aucun soucis sur la qualité et les troncs sont déjà énormes


Hop, je transporte comme je peux la "fontaine" près de la dépendance, elle sera le point d'orgue de ce massif en devenir, je voulais la mettre dans la brouette mais j'ai renoncé tant elle est lourde et j'aurais fini par la briser totalement



Il faut que je trouve un moyen de remplacer ce fil bleu qui n'est pas bien joli
Peut être un fil en acier...

Installation des plantes et du paillage pour enrichir la terre
Je suis heureuse, en creusant j'ai découvert des petits vers de terre vite déplacés pour ne pas les blesser




sauvetage réussi pour ma spirée qui repart de plus belle


Le point d'eau des oiseaux a trouvé sa place


Soudain j'entends une grosse voix qui m'interpelle, je me retourne et je découvre mon frangin qui monte les escaliers, belle surprise que sa visite, nous nous voyons trop peu
Une bonne heure après il est reparti et me voila à nouveau les mains dans la terre


Des pots, une grenouille
Quelques pavés récupérés ici ou là dans le jardin, ils serviront à entourer le massif


Palette du massif


Une bonne chose de faite...  maintenant j'ai le cerveau en ébullition et les mains impatientes, si j'attaquais l'un des nombreux projets en attente

mercredi 24 octobre 2018

Du temps au jardin

Il fallait quand même que je vous parle jardin dans la mesure ou ce blog a été créé pour ça à l'origine, avant j'avais un jardin et maintenant j'ai juste une friche remplie de mauvaises herbes et de rats taupiers donc pas grand chose à vous raconter de ce côté

Il y a quelques jours j'ai passé un après-midi entier au jardin entre plantations et remue ménage, le besoin de retrouver la terre et mes massifs me manquait, il faisait grand beau temps dans les vignobles et la grande douceur était encore très agréable en cette saison

Dans le massif en bordure de la terrasse il y a eu quelques changements et j'ai pu faire quelques plantations, j'ai trouvé des galeries de rats taupier partout, avec la chaleur ces saletés se sont multipliées plus vite qu'un tgv qui passe à la gare (je suis colère),  les sachets empoisonnés ne fonctionnent plus et les tapettes ou pièges encore moins...


Exit l'arche verte et les deux clématites Armandii et Princess Kate qui végétaient à cet endroit, trop chaud, trop de soleil, trop de trop, elles étaient plus que moches, j'ai installé Armandii dans le jardin du bas et mis Princess Kate en bordure de la dépendance avec le fushia Riccartonii et la clématite Montana
J'ai aussi enlevé le pied de Deschampsia Cespitosa Schotland qui prenait une allure souffreteuse, hop trempage toute une nuit dans de l'eau pour la réhydratation, je l'ai installé près de la dépendance


*****
L'acer Emerald Lace a trouvé sa place dans le massif, il donnera un côté aérien et sa couleur changeante ira de pair avec les nombreux cosmos et les zinnias encore présents, les semis futurs viendront s'intégrer au fil des mois pour amener de la couleur et de l'opulence 


Déterrés les rosiers Pierre de Ronsard et Eglantyne qui de toute façon sont moches, Guillot a refourgué ce qu'il pouvait y avoir de plus moches à ses clients,et l'inconnu venu tout droit des graines du Jard'ain de Nathalie, ils sont réhydratés copieusement avant d'être replantés

*******
Quel plaisir de pouvoir gratter la terre, se vider l'esprit et s'oxygéner, cette parenthèse volée au temps qui passe me permet de perdre toute notion de l'espace, du temps et des heures qui tournent, j'oublie la faim et la soif, le téléphone peut bien sonner je suis comme perdue dans l'espace temps de mon jardin et ça me fait le plus grand bien

Ici Acer Jerre Schwartz et la merveilleuse et énorme Eupatoire chocolate qui attire les quelques butineurs, le changement de jardin lui a été profitable, elle est méconnaissable


Albizia Summer Chocolate


Je l'avais mis dans ma wish list mais jusqu'à maintenant soit je ne le trouvais pas dans les jardineries locales, soit il était à des prix exorbitants donc inaccessible pour mon maigre porte monnaie
Les deux exemplaires entrevus dernièrement atteignaient la modique somme de 270 € pour un arbre qui atteignait le mètre 50 autant dire que je ne risquais pas de le mettre dans mon panier

A la faveur d'une ballade à la pépinière d'à côté je l'ai trouvé pour un prix bien inférieur alors je n'ai pas hésité une seconde, 56 € pour un bel arbre d'environ 2 mètres (il rentrait tout juste dans la voiture) et âgé d'environ deux ans donc acclimaté aux températures du coin, je le protégerais cet hiver et ensuite il vivra sa vie, l'été prochain il fera de l'ombre à la terrasse qui n'en sera que plus agréable encore


Ma belle Eupatoire Chocolate encore


J'ai opté pour le paillage afin de conserver l'humidité du sol, je vais retourner faire le plein de fumier, mon bac est presque vide et j'en aurais encore besoin pour pailler les futurs massifs
La brume du petit matin amène souvent une humidité importante entre 70 et 80%, cet été qui durait encore a continué à faire souffrir mes végétaux


J'ai une idée qui vient de germer, je vais ajouter dans chacun de mes massifs des plantes répulsives afin de contrecarrer l'invasion des nuisibles, avec un peu de chance j'aurais des résultats, ça en plus des légumes empoisonnés devraient m'aider à y voir un peu plus clair et exterminer ces voraces ennemis aussi inutiles que pénibles

Première partie de massif, le jaune de l'Onagre détonne mais ça passera avec le temps


deuxième partie de massif tout en contraste


Cette parenthèse salutaire me fait attendre avec impatience la prochaine, celle du grand air et du bord de mer, des grandes ballades et des découvertes de l'ile d'Oléron sur laquelle j'ai été conçue lors de vacances pluvieuses et froides aux dires de maman, "il fallait bien se réchauffer comme on pouvait" m'a t'elle raconté, une île que je ne connais pas et c'est tout l'attrait et l'intérêt de cette pause
Nous allons aussi remonter en Bretagne et aller faire un arrêt à la pépinière du Clos d'Armoise qui n'est qu'à quelques kilomètres de notre lieu de villégiature, j'ai déjà prévu dans ma wish list  le très joli Isodon entraperçu sur le blog de Geontran et qui fait justement partie des nouveautés de la pépinière

Dans un post à venir je vous parlerais à nouveau du jardin, une idée m'est venue un après-midi...

dimanche 21 octobre 2018

Travaux et rénovation (partie 2)

Nous avons continué la pose du lambris contre le mur du fond, changement radical assurément

Fifille s'est même prêtée au jeu des travaux, elle s'occupe au lieu de passer son temps à geeker sur la toile, une saine activité je trouve

Mise en peinture, cette teinte est fabuleuse au fil des heures et de la luminosité changeante
C'est la peinture blanc lin de Dulux valentine déjà utilisée pour la cuisine

 

Il nous reste encore beaucoup de travail mais je me suis faite une joie de ressortir des souvenirs de nos voyages en Norvège et en Patagonie et les décos qui dormaient dans les cartons depuis l'année passée, le temps passe super vite
La table ronde sera changée dans les mois à venir pour une rectangulaire plus adaptée à la pièce à moins que je ne la fasse moi même
Une fois que les murs auront été passé à l'enduit puis à la peinture je me ferais une joie de remettre mes jolis rideaux en lin blanc

Avec le soleil


et la boule à facette


Un indice d'un autre projet... 


L'électricien contacté cet été a enfin trouvé une date dans son planning surchargé (les bons sont très demandés et ils se font rares), il devait attaquer toute l'électricité de la partie salon (que vous découvrirez dans quelques temps) pour nous permettre de démarrer l'isolation avant les froids des prochains mois d'hiver, il a aussi attaqué les toilettes et la grande pièce d'à côté 
Il va falloir que je vous fasse des avant/après car ici le moindre changement vaut son pesant d'or

Photo du  15 octobre 2018 - Avant...


L'après ce sera pour bientôt

Pendant la période hivernale nous allons engager la finition des plafonds en panneaux de BA10 avec le même type de maillage que celui réalisé pour la cuisine, je vous en reparlerais ...