mercredi 24 mai 2017

Quelques jours au jardin

Début mai les gelées se sont heureusement envolées vers d'autres cieux en ne laissant derrière elles que de rares dégâts contrairement à d'autres jardins où elle a ravagé la végétation
Dans le jardin les brûlures se voient à l'oeil nu

Acer dissectum veridis



L'acer Seyriu s'en est bien sorti, j'ai eu peur qu'il ne perde la totalité de ses toutes premières fleurs mais apparemment ce n'est pas le cas, ça tombe bien parce que je me suis arrangée avec la pépinière Choteau pour leur amener des graines en septembre lors de la fête des plantes de St Jean de Beauregard


Le ciel a été lavé de la pollution environnante, quel plaisir de retrouver un ciel d'un bleu franc sans trace de grisaille, pour le coups le contraste était difficile à gérer avec l'appareil photo, je n'ai pas encore la main, tant pis je m'y fais


Mon adorable petit Daphné n'en est qu'aux prémices de sa floraison déjà si belle, cet arbuste plein de charme et de délicatesse est un petit bijoux, cette année il est superbe, il a pris de l'essor malgré le fait qu'il soit lent à pousser dit-on, un apport de terre de bruyère devrait lui permettre de prospérer encore un peu plus et surtout aider à ses floraisons à venir

Daphné x transatlantica Pink Fragrance


les ancolies sont en fleur, j'ai retrouvé quelques semis naturels ici ou là
 j'attends de voir ce que ça va donner


 

Impossible de réussir à révéler la vraie couleur de cette Ancolie Clémentine Blue
malgré un fort contraste imposé aux réglages de l'appareil photo le bleu ressort violet


Près du lilas ce n'est pas encore l'exubérance végétale mais avec quelques jours de chaleur l'endroit c'est métamorphosé


Il faut dire qu'au sommet c'est l'opulence 
Le ciel bleu est toujours de mise 


Heureusement, le céanothe Concha est magnifiquement bleu
Je viens de retrouver les côtes Bretonne lors d'un week end en amoureux mais je n'ai vu que deux de ces arbres magnifiques que j'aime tant, ils sont de ce bleu apaisant et doux qui vous laisse le regard perdu dans ses multiples pompons


Les dégradés de bleus dont je ne me lasse pas, la Bretagne est vraiment l'un des endroits où j'ai plaisir à me rendre, j'y passe des heures à regarder l'océan, à chercher où mon regard peut s'arrêter, vous savez quoi ?
Je n'ai jamais trouvé...
Non parce que tout au bout là bas, l'horizon s'étire toujours pour ne jamais s'arrêter


Mais revenons au jardin
Un iris dont je découvre pour la première fois la floraison...


Il m'avait été offert lors du Sol 2015 par une fille à la personnalité un brin vindicative (acariâtre serait le terme exact) qui avait mis le feu sur la toile en insultant tout le monde, son port tordu m'a subitement fait penser à elle, je ne sais pas pourquoi ça m'est revenu en mémoire sans doute parce que le comportement erratique de cette fille faisait peine à voir... 
Quelque fois je me pose bien des questions lorsque je vois s'incruster des personnes qui me racontent leur vie, pour l'anecdote, c'est un peu comme cette fille du Sol qui était venue pleurer dans mon canapé évoquant la difficulté qu'elle avait à conserver des relations amicales avec les gens (si, si, j'ai cru halluciner) et avait fini par me faire la réflexion que je n'avais pas tondu ma pelouse !!! on croit rêver


J'aurais bien aimé vous l'offrir sous ses meilleurs atours mais les dentellières aux dents acérées l'ont littéralement mis en pièce pour n'en laisser que des lambeaux, j'ai eu beau chercher partout les coupables pour leur faire payer cher ce vandalisme sauvage mais impossible d'en retrouver même une seule, j'en suis quitte pour ne le voir qu'en miette et vous aussi au passage



Quelques vues du jardin sous un beau soleil, le chauffage est toujours d'actualité, les températures remontant nous devrions pouvoir procédé à sa mise en sommeil  en espérant que cette année il fera un peu plus chaud que l'année passée, pour l'instant il pleut et c'est tant mieux, la sécheresse continue à faire rage ici et je crains les prochaines chaleurs





Avec la pluie et l'humidité revenues la pelouse se transforme vite en jungle indomptable alors il faut sortir notre bonne vieille tondeuse un peu plus souvent


Notre pied de mertensia maritima est en fleur depuis quelques jours mais malheureusement la floraison va devoir être supprimée car elle épuise la plante 


J'aime beaucoup le charme de ses petites fleurettes qui passent du rose au parme puis au bleu doux

La clématite Daniel Deronda illumine le massif près de la terrasse, ses fleurs sont orientées vers la lumière qui donne sur le jardin plutôt que sur la terrasse en arrière plan




De l'autre côté la beauté de la floraison de ma clématite inconnue n'en finit plus de sublimer le passage qui mène vers le garage, le fait que je l'ai presque entièrement taillée en début d'année n'a fait que renforcer son envie de profiter de chaque espace qui lui est donné, ses tiges volubiles s'accrochent au moindre support et montent même par dessus la toiture 


Ces deux clématites sont les plus solides et florifères de ma collection et autant leurs floraisons respectives sont magnifiques, autant celles de mes autres clématites sont malingres voir inexistantes, je crois que je vais toutes les déterrer et les jeter définitivement tant ma déception est grande 

Aucune chance que la clématite Montana Mayleen fasse de même, entre ses cinq fleurs et les 10 feuilles accrochées à ses tiges cette obtention n'est rien de moins qu'une erreur de casting, à l'automne je vais l'accrocher à côté de mon inconnue et si elle ne pousse pas mieux c'est bien simple ce sera direct la poubelle


Heureusement, j'ai d'autres satisfactions comme la floraison de cette euphorbe inconnue que j'ai installée au pied de l'érable peau de serpent, passant d'un jaune lumineux, la coloration de ses fleurs passe doucement à un orangé qui tranche superbement sur le vert vif de ses excroissances... étrangement le deuxième spécimen installé au pied du rosier Pierre de Ronsard ne produit pas les mêmes inflorescences



quelques floraisons



A la lumière rasante du jour qui se couche, les digitales sont magnifiques



Les petits zébulons ailés assurent leur numéro tel des clowns de cirques, ils volettent d'une tuile à l'autre en faisant des cabrioles, de vrais artistes... chaque fois qu'ils me voient sortir armée de mon appareil photo ils s'en vont voler ailleurs, peut-être qu'eux aussi pensent au copyright des images volées


Et puis ce début de soirée où j'ai pris les photos me réservait une belle surprise
Le nez s'offrant au somptueux parfum de mon rosier "cuisse de nymphe émue" quelle ne fut ma joie en relevant la tête de découvrir la dentellière que je pensais être une chenille
Je vous passerais ici les détails sordides de son achèvement mais une sorte de rire sadique s'est soudain fait entendre au jardin 
Et bing...


Il ne restait pas grand chose ni de la plante ni de la victime après mon intervention
Je suis passée au plan B en étalant tout autour de mon pied d'iris suffisamment de cendre pour éviter de nouveau ce type de massacre
Quelques jours après j'avais même droit à un nouveau bouton, tout n'est pas perdu



Mon cornus Kousa que je pensais avoir souffert du froid m'offre de jolies hélices passant du vert tendre au blanc d'albâtre
En quelque mois il s'est considérablement développé,  je suis surprise de voir la vitesse avec laquelle il s'est installé


C'est le début de l'épanouissement pour les rosiers

Pierre de Ronsard
J'attendais avec impatience la floraison de quelques uns de mes nouveaux rosiers
Je crois que je ne vais plus attendre très longtemps
Je l'avais choisi pour le charme  de ses fleurs pleines d'élégance, rondes et dodues à souhait

Bossa Nova (de chez Pétales de Roses)


Je ne lui appliquerais pas de traitement, enfin pas pour l'instant car j'attends la visite des demoiselles coccinelles qui devraient bientôt s'installer dans les feuillages pour pondre des petites larves qui viendront à bout de ces hôtes un peu trop envahissants


Déplacé à l'automne dernier, je l'avais bichonné tant et plus en espérant qu'il ne ferait pas comme celui qu'il avait remplacé... bien m'en a pris, il est superbe et devrait l'être encore plus lorsqu'il aura pris de l'ampleur et recouvrira la presque totalité de la serre, enfin pour l'instant il n'en est pas là

Aimé Vibert (de chez Francia Thauvin)


Quel plaisir pour moi que de voir la belle prospérité de ce rosier magnifique qui n'en finit plus de courir après l'espace, j'en reste sidérée, il est littéralement couvert de fleurs, regardez moi cette profusion, ce port majestueux

Treasure Trove (Francia Thauvin)



Si vous avez envie d'avoir un beau rosier chez vous, dans votre jardin alors n'hésitez pas, je vous assure que ce rosier vaut le détour, c'est "THE" merveille de chez merveille




Et puis il y a le timide, l'élégant à la floraison d'un rouge framboisé profond 
J'ai du lui construire un support qui porte ses tiges graciles, sa floraison éphémère ne dure que quelques jours alors pour les photos il faut faire vite, très vite
Il est beau comme tout ...

Petite Renoncule Violette





Je ne me passerais plus de sa floraison toute en délicatesse, en charme et en beauté
Ce rosier à l'épanouissement époustouflant est un prodige dans sa floraison
Son port étalé est difficile à contenir mais quel bonheur d'assister à l'ouverture de ses boutons sublimés par un parfum de rosier anglais merveilleusement odorant

Cuisse de Nymphe Emue (Francia Thauvin)






Alors lui pour être discret, il est discret...
On ne peut pas trouver plus "invisible" que ce rosier

Annapurna


Très affaibli par la maladie et le mauvais temps de 2016, il a repris un peu de poil de la bête au cours de ces derniers mois après un solide traitement et un apport de fumure enrichie, j'aime beaucoup le raffinement et l'élégance de ces boutons mais il est loin de m'apporter ce que je recherche en terme de présence au jardin et sur ce que j'appelle un "beau rosier"



Je finirais cet article par la merveilleuse floraison (vous vous en doutiez hein) de ce rosier arrivé l'année passée au jardin, j'ai nommé

Eleonore Berkeley


Un rosier qui avait fleuri alors qu'il venait juste d'être mis en terre, depuis il n'a cessé de grimper sur la pergola qui lui est dédiée et m'offre malgré sa jeunesse, une floraison pleine de douceur et de tendresse
Un rosier qui se révèle solide et peu attractif apparemment pour les insectes 


Buissonnant et remontant, il vient juste de démarrer sa floraison et nul doute qu'il va m'émerveiller ces prochaines semaines
C'est vraiment un rosier spectaculaire dont le parfum est craquant à souhait


Dans un prochain post je vous causerais de mon rosier Thallia, encore plus magnifique que les précédentes années, de fleurs, de confitures et aussi de ces petites merveilles qui embellissent chaque printemps mon petit jardin, en voila un petit exemple




@ bientôt de vous retrouver

6 commentaires:

  1. Quel plaisir de lire cet article avec de si jolies photos !
    Aude.

    RépondreSupprimer
  2. Un article assez long mais fort agréable à lire, comme le livre d'images de notre enfance. Tu apprécies le bleu et tu as bien raison, c'est gai, c'est peps et revigorant. Le cornus est superbe, j'adore bien que je ne n'en possède pas au jardin. Cerise sur le gâteau le vol du zoziau, sa tête !
    Comme c'est agréable un jardin qui prend vigueur, le tien est bien parti pour une belle saison 2017.
    Bises et excellent week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou Siam,
      effectivement je me suis lâchée (un peu) et j'espère que ça n'a pas été trop indigeste
      Le prochain sera plus court ;-)
      Merci pour ton gentil commentaire
      Passe toi aussi un excellent week end d'autant que le soleil sera au rendez-vous
      bises

      Supprimer
  3. Merci pour cette jolie balade, c'était très agréable.
    J'aime aussi beaucoup la citation que tu as mise sous le titre de ton blog. Je l'ai noté tant je voudrais l'imprimer en moi :-)
    Bon week-end ensoleillé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A sa lecture je me suis sentie interrogative sur son sens et sur son interprétation
      tout comme toi je l'avais trouvée "existentielle"
      Belle journée à toi

      Supprimer