AU DEBUT DE L'HISTOIRE

C'est en 2007 que nous avons fait l'acquisition de notre pavillon situé en seine et marne dans lequel nous vivons aujourd'hui... c'est un pavillon qui se trouve en lotissement, mitoyen des deux côtés dont l'un par le garage.

Ce n'était pas notre coups de coeur mais plutôt un placement que nous pourrions revendre le moment venu, la maison et le jardin sont construits sur une parcelle d'environ 300 m² et se situent dans un lotissement qui approche les 30 ans maintenant, plutôt calme si l'on excepte les hurlements des voisins que nous avons en mitoyenneté, ceux-là sont une plaie continuelle


Quelques rosiers pelés poussent ici et là sans franchement d'harmonie, un figuier qui n'a donné que quelques figues pourries sur l'arbre (j'ai appris depuis qu'il ne faisait pas assez chaud et qu'il n'y avait pas de pollinisateur), un camélia et un pêcher que l'on devine  dans le massif au fond sur la gauche ... à notre arrivée le propriétaire d'à côté a arraché ses thuyas et nous a proposé de construire à la place un mur de séparation de 2m10 de haut, on lui a gentiment dit "non"


Des panneaux de bois fatigués par le temps et les aléas climatiques, un petit massif au fond à droite où ne poussent que quelques bulbes de jonquilles, à droite l'appentis


Le fond du jardin transformé en potager et le très joli étendoir à linge ^-^


Juste derrière l'appentis, la réserve d'eau dont la chienne encore petite nous avait arraché le robinet et deux vieux hortensias affreux que j'ai pris plaisir à dégager tant je les trouve laid


J'ai commencé par arracher les rosiers qui ne me plaisaient pas puis j'ai redessiné les bordures du jardin en ajoutant des copeaux de bois puis en mettant un grillage pour protéger le tout des pattes et des crocs de notre chienne, le voisin a coupé sa haie et a installé des panneaux de polycarbonate, il y a mieux comme brise vue non ???


Dans le massif près de la pergola j'ai planté un azalée d'un joli rose profond qui a fini à la poubelle quelques deux ans après car il ne lui restait plus que des tiges dépourvues de fleurs puis de feuilles, quelques pieds de campanules qui poussent encore aujourd'hui, des oeillets que j'adore, un fushia botanic ramené de Lyon et enfin un jasmin d'été que l'on remarque à droite de la photo, les croisillons en bois ont été installés pour éviter que la chienne ne vienne abîmer mon massif qu'elle prenait pour un lieu de passage, c'était le cas à notre arrivée.






On distingue à gauche le viburnum qui a confortablement multiplié son volume, quelques lampes solaires qui étaient devenues le lieu de résidence des fourmis et enfin un magnifique pied de lavande qui ne sent rien !!! sic...


Pour en revenir au massif du fond, j'ai coupé le pêcher qui était malade et couvert de cloque, refait de l'ordre dans les cailloux, planté quelques bulbes... le camélia que l'on devine au milieu n'a jamais fleurit, j'ai fini par le jeter


Le massif de droite a été quelque peu remanié avec la plantation d'un fusain doré et d'un forsytia, d'une très belle pivoine herbacée Coral Charm encore présente aujourd'hui et merveilleusement belle, des oeillets, des jacinthes, des bulbes divers et variés et couvert le tout par des copeaux de bois


A droite et en bas de la photo il y a le choisya de zhom, dire qu'il était si petit, lui aussi s'est considérablement épanoui pour atteindre une belle circonférence


A notre arrivée nous avions ramené la jolie piscine dans laquelle nous passions nos fin de journée l'été venu, il n'en reste que l'échelle, la chienne n'a pas hésité à faire des confettis de notre jolie piscine


J'ai retrouvé une photo de 2012 sur laquelle il est facile de se rendre compte que le jardin a évolué mais n'est pas encore pris en main... en avril 2009 nous avons monté la serre destinée à mes orchidées (200 à l'époque)


Quelques arbustes ont été ajoutés tel que la corète du japon, les deux céanothes (bleu et rose), les spirées, le calicarpa et tant d'autres encore...