lundi 13 mars 2017

Un endroit fétiche

Il y a bientôt 10 ans que je fréquente cet endroit hors du temps où j'adore passer des heures à regarder des orchidées toutes plus belles les unes que les autres.
C'est chez mon ami Grazziano que je passais à une époque la majorité de mes meilleurs moments en tant qu'amatrice d'orchidées, que d'heures et de bons moments passés là bas à l'écouter me donner des conseils, me vanter les mérites ou les déboires de certaines espèces, les floraisons et les expositions d'orchidées, c'est grâce à lui que j'ai eu un véritable coups de coeur pour ces plantes exigeantes mais si belles.

Un petit tour dans sa serre et j'ai trouvé trois nouvelles petites orchidées jolies comme tout, je voulais un phalaenopsis equestris mais il n'en avait pas alors j'ai sélectionné avec son aide trois spécimens qui devraient se cultiver sans trop de soucis

Diplorora Championii




Dendrobium Jenkinsii




et ma petite préférée, mon bijoux d'amour (un cadeau de mon ami Grazziano)

Pleurothalis Hemirhoda




Au cour de la conversation je demandais à Monsieur Grazziano pourquoi il avait si peu de spécimens présents dans sa serre car je l'ai toujours connue fournie et fleurie, débordante de plantes en tous genres et là il m'a répondu très joliment :

"J'avais rangé il y a quelques années dans le tiroir de mon bureau mon passeport, entre chaque feuille j'avais glissé une feuille de papier absorbant histoire qu'il ne prenne pas l'humidité, lorsque je l'ai ressorti pour organiser un prochain voyage je me suis aperçu que je n'avais plus 28 ans..."

Sur le coups je n'avais pas compris qu'en fait il m'annonçait qu'il allait prendre sa retraite après des années de travail, de foires aux plantes, d'expositions d'orchidées et qu'il souhaitait se retirer pour se reposer et profiter un peu de la vie. Une carrière qu'il aura dédiée à la découverte du monde envoûtant des orchidées, c'est même lui qui est à l'initiative de la création de l'exposition de Vaucelles, un endroit fabuleux pour les amateurs. 

C'est une fois en voiture que j'ai repensé au temps passé, à ma première visite dans la serre en 2007, c'est déjà si loin, aux nombreuses orchidées achetées (et perdues), à ces bons moments passés là bas, je regretterais mon ami Grazziano et ses conseils avisés, il connaissait mes goûts pour les orchidées, les plus jolies comme les plus simples, toujours belles et accessibles, certaines plus difficiles que d'autres...

Il est des moments privilégiés dans la vie et il y a aussi des êtres humains formidables que l'on croise, de ceux qui s'avèrent exceptionnels et sans jugement, ceux qui laissent une marque indélébile dans la mémoire mais aussi dans le coeur, Monsieur Grazziano a fait partie de ces gens exceptionnels que j'ai eu plaisir à connaître et à côtoyer et que je regretterais dans le futur, je crois que désormais je n'achèterais plus d'orchidée sans avoir une pensée pour lui.

4 commentaires:

  1. Ah oui ça a dû te faire un pincement au coeur de savoir que tu ne pourrais plus acheter d'orchidées chez lui. C'est vrai que c'est un poète, c'est une très belle façon de dire qu'il part en retraite. Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. certes, ce furent des moments privilégiés, de ceux que l'on oublie pas lorsque l'on est amatrice, comme moi, de ces plantes si particulières et pourtant si belles
      Belle semaine à toi

      Supprimer
  2. Tu lui rends là un bel hommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un homme formidable et un grand et fin connaisseur de ce monde si fragile ou ne se rencontrent que les vrais passionnés ;-)

      Supprimer